Publicité

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ces DJ's qui nous (me) faisaient rêver sans DAW??

Réduire
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Ces DJ's qui nous (me) faisaient rêver sans DAW??

    Bonsoir tout le monde.

    Je viens ici poser une question qui depuis bien longtemps traîne dans ma tête... et je n’ai pas trouvé de rubrique plus précise que celle-ci afin de le faire.

    Alors ..déjà étant plus jeune je me posais la question quand j’écoutais certains morceaux et notamment des intro de DJ Hip Hop tel que Cut Killer par exemple et je vous parle de l’époque ‘95 ´96 alors que j’étais ado...
    Je ne sais pas si vous connaissez ce type de morceaux ou d’intro dont je vous parle, mais c’est une succession d’enchaînement de scratch d’effets etc.
    Donc voici un lien pour que vous saisissiez:
    https://m.youtube.com/watch?v=O_7E6k...ature=youtu.be

    Bien sûr, déjà à l’époque je savais que ce n’était absolument pas fait en one shot.
    Alors je me demandais justement : comment faisaient-ils ?

    Au début des années 2000 j’ai commencé à manipuler la MAO par le biais de Magix et Samplitude.
    J’avais un PC assez médiocre tournant sur Windows 2000, Mais j’aurais clairement pu effectuer ce genre d’intro à ce moment-là avec mon matos (peut-être en moins bonne qualité sonore je l’accorde).

    Néanmoins je me repose cette question maintenant et je me demande ..est-ce qu’il faisait exactement comme moi j’aurais fait en 2001... mais déjà 95?
    Je veux dire ..ça paraît peu six ans, mais pour l’époque c’était quand même assez conséquent notamment en informatique et je vois mal Cut Killer, en 95 derrière son bureau, à déplacer des objets sur des piste d’un DAW, afin de créer ce type de morceaux...

    Ne me dites pas que les mecs s’amusaient à créer ça sur des bandes magnétiques (découpage de la bande etc.) ou même sur DAT..??

    Je me rappellerai toujours dune interview de NTM que j’avais lu et qui disait que leur dernier album (en 98) avait été la première fois en enregistrement en numérique...mais je ne sais pas s’ils entendaient par là la première fois en DAT ou alors la première fois sur un DAW.

    Quoi qu’il en soit, je me pose toujours cette question concernant ces intro ou ces morceaux de DJ qui posaient leurs scratch sur des beats, avec des effets etc. comme moi je le ferai aisément maintenant sur mon samplitude actuel...

    Si quelqu’un peut éclairer factuellement ma lanterne...? merci et bonne soirée
    Le Hip Hop mon royaume mon Home Sweet Home

  • #2
    1995, ce n'est tout de même pas la préhistoire, on savait faire de l'enregistrement multipiste sur bande analogique depuis une trentaine d'années déjà. Il est probable que NTM parlait d'enregistrement multipiste en numérique.
    Pour un beatmaker, une solution aurait donc été de profiter de la démocratisation de certains équipements multipistes débutée dans les années 80 en analogique (comme les 4-pistes cassette façon Portastudio Tascam), puis les années 90 en numérique (ADAT, disque dur, etc.) pour enregistrer de tels jingles en plusieurs passages, petits bouts par petits bouts.
    Le découpage/montage de bandes magnétiques est peu probable, à mon avis. C'est une technique éprouvée, mais dont l'âge d'or remonte justement, enfin à mon avis, à avant l'avènement du multipiste (même si elle reste prisée dans certains milieux, j'imagine).

    Sinon, il faut s'y mettre à plusieurs turntablists, façons Birdy Nam Nam
    « C'est pas de l'electro...» (valable 99% du temps)
    Roland FA-06, Studiologic Sledge Black Edition

    Commentaire


    • #3
      Merci pour ta réponse

      c’est sur que c’était déjà assez « moderne » et du fait que j’étais ado peut-être je connaissais pas la technologie et tout nous semble nouveau lorsque l’on découvre... alors qu’en fait c’est déjà bien installé!

      Bon c’est sûr qu’ils se sont pas mis à plusieurs dj afin de créer ça en une prise en tout cas haha!

      donc tu privilégies l’idée du multipiste petit bout par petit bout?

      car moi je faisais des petits mix de la même façon sur cassette haha (bon genre je pressais pause, et relâchaient lorsqu’il fallait) haha mais c’etait 100% amateur

      donc pour toi aussi l’idée d’un DAW avec le mec derrière l’écran, une mains sur la platine et l’autre sur la souris, en 95 96, c’est pas trop ça?
      Dernière modification par Giova.44, 26 avril 2019, 08h22.
      Le Hip Hop mon royaume mon Home Sweet Home

      Commentaire


      • #4
        Outre le fait qu'à cette époque la MAO était déjà bien installée chez les plus pro, il y avait bien aussi des séquenceurs hardware. Pour le hip hop on pense inévitablement à la MPC...
        Ordinateur APPLE Imac 21,5"- Core I5 - 8Go
        Claviers maitres
        STUDIOLOGIC SL990 PRO - M-AUDIO CODE49

        Interface audionumérique
        FOCUSRITE Scarlett 2i2
        Enceintes
        YAMAHA MSP5 / Casque AKG K701


        Commentaire


        • #5
          Bien entendu les mpc ou autre SP12 etc étaient les éléments fondamentaux de la prod Hip Hop en ces années là.
          Mais je pensais pas que ce type d’intro (voir lien plus haut) étaient également composées sur mpc.
          Je voyais vraiment de la MAO, et c’est ce qui me semblait assez peu probable pour ces années
          Le Hip Hop mon royaume mon Home Sweet Home

          Commentaire


          • #6
            Mao sur Atari peut être ...
            Ordinateur APPLE Imac 21,5"- Core I5 - 8Go
            Claviers maitres
            STUDIOLOGIC SL990 PRO - M-AUDIO CODE49

            Interface audionumérique
            FOCUSRITE Scarlett 2i2
            Enceintes
            YAMAHA MSP5 / Casque AKG K701


            Commentaire


            • #7
              Envoyé par Giova.44 Voir le message
              donc tu privilégies l’idée du multipiste petit bout par pett bout?

              car moi je faisais des petits mix de la même façon sur cassette haha (bon genre je pressais pause, et relâchaient lorsqu’il fallait) haha mais c’et 10% amateur
              Pour un workflow purement analogique, oui, l'hypothèse du multipiste reste ma favorite, mais peut-être pas comme tu l'entends. Un simple 4-pistes à K7, c'est déjà quatre pistes mono, sur lesquelles tu peux travailler indépendamment les unes des autres. En gros, pour monter un mix comme ça, tu peux enregistrer un rythme-guide sur la piste 1. Puis tu rembobines, tu gardes ta piste 1 en lecture, et tu couches ton premier passage de scratch sur la piste 2. Rembobinage, piste 1+2 en lecture, et tu laisses lire cette intro histoire de prendre tes marques, et tu enregistres ton second passage de scratch piste 3, tu peux même commencer avant la fin du premier, puisque de toutes façons tu es sur une piste à part. Et ainsi de suite, piste 4, puis 2, 3, 4, etc., etc. Ce que je veux dire, c'est que tu n'es pas obligé de démarrer ta bande à l'instant où tu veux poser ton scratch, tu peux laisser tourner l'enregistrement depuis plus tôt, histoire de te caler sur le rythme. Au final, tu peux muter ta piste 1, et tu as une série de scratches parfaitement enchaînés et calés.

              Et encore, ça ce n'est qu'une hypothèse avec des pistes mono sur un simple 4-pistes. Dans le milieu pro on trouvait depuis longtemps beaucoup mieux , donc beaucoup plus de latitude pour bosser en stéréo (on aurait pu aussi en 4-pistes, avec le punch in/punch out, un procédé qui a été porté tel quel du domaine matériel analogique, puis numérique, et enfin aux DAW)

              Les MPC sont encore une solution effectivement, les samplers en rack aussi, c'était l'âge d'or d'Akai, mais je les vois davantage utilisés pour marier et harmoniser des boucles de samples que pour les manipuler façon scratch (encore qu'on puisse tout-à-fait échantillonner un freestyle de scratch, y'a pas d'interdits, et tu peux être sûr que quelque part, ça c'est forcément fait ! ).


              « C'est pas de l'electro...» (valable 99% du temps)
              Roland FA-06, Studiologic Sledge Black Edition

              Commentaire


              • #8
                J'ai acheté il y a longtemps une Casio RZ1 qui est sortie en 86 et qui autorisait le sampling, ça date..

                Dans les années 93-94, notre studio de post-prod possédait aussi un S1000, le sampling était bien présent.
                Poupouye

                L'abus de Net nuit à la nuit

                John Bowen : Solaris - Dave Smith : Prophet 12 - Roland : Intégra-7 - V-Synth GT2 - Acces : Virus TI 2 - Yamaha : Montage 8 - DX7 II E! - Korg : PA4X 76 - Kronos 2 - MicroX - I5-M - Arturia : SPARK CDM - N.I. : Komplete Ultimate et S25 - RME : Fireface 802 et UCX - Focal : CMS65 + Sub - Yamaha : HS8-W - Presonus : Eris 8 - Edirol : UM-880 - AKG : 712

                Commentaire


                • #9
                  Navré pour ma reponse tardive.

                  effectivement, j’avais bien imaginé aussi la methode d’avoir un rhytme sur la piste 1, puis ensuite rembobiner les pistes afin de poser successivement les scratchs suivants etc.

                  Mais en écoutant bien, il y a pas mal d’effets, de reverb etc etc si bien réalisés que je trouve vraiment ardu à réaliser par cette méthode!
                  Justement la où aujourd’hui avec un DAW tout est si... facile (attention je dis « facile » pour autant que la personne soit douée, ait le sens du rhytme etc bien sur!)
                  Mais à l’époque, si vraiment les DAW n’etaient pas l’outil utilisé pour ce genre d’intros, ça prouve que les mecs étaient quand mêmes des « génies ».

                  Le Hip Hop mon royaume mon Home Sweet Home

                  Commentaire

                  Chargement...
                  X